Sponsorisé

Elite One: Situation et coup de gueule d’un président de club

mai 12, 2022 Par Steve Wilfried Yomba 0

Après une phase aller bondée des emotions, la phase retour du championnat Elite One du Cameroun comme à son habitude tarde reprendre. Pour cause les problèmes entre l’association des clubs d’Elite et la fédération camerounaise de football.

La situation en Elite One dont la phase retour tarde à reprendre

En effet, très fustré du traitement infligé aux joueurs, malgré le versement de la première partie des subventions aux clubs, Samuel Eto’o a demandé des comptes à rendre au président des clubs sur la situation salariale de leurs employés. Alors que les présidents des clubs avaient décidé de ne pas faire jouer la phase retour afin d’avoir un aperçu sur le contrat de sponsoring avec MTN et aussi en exigeant le payement de la deuxième tranche des subventions, Samuel Eto’o a repondu de façon violente.

Dans sa note, le président de la Fédération camerounaise de football a été claire. Seulement les clubs qui auront fourni les justificatifs de payement de salaire pourront entrer en possession de leur droit. Par conséquent n’ayant pas normalement versé de façon les salaires à leurs joueurs, les clubs n’ont pas pu remplir les critères demandés par la fédération. Résultat initialement prévu pour le 5 Mai, puis le 12 Mai, la reprise du championnat Elite One a été renvoyé au week-end prochain. Par contre on reste incertain car alors que ce jour est considéré comme la date butoir pour transmission des justificatifs à la fédération, plusieurs clubs traînent toujours le pas.

Coup de gueule de Norbert Nya, président des Fauves Azurs

Certains présidents de clubs ne sont pas d’accord de payer des salaires mensuels à leurs joueurs: « Certains présidents de clubs estiment que les joueurs ne sont pas des fonctionnaires, alors ils doivent être payés sur leur rendement. Ils ne doivent pas venir dormir et attendre 100 mille FCFA à la fin du mois. Donc pour s’assurer que les joueurs vont rester dans cette mouvance de compétiteurs, on leur demande d’aller chercher des résultats sur le terrain, pour gagner l’argent (Prime de matchs, NDLR), et là les enfants se battent » a déclaré Norbert Nya président de Fauves Azurs.

Lire aussi: 👇👇👇👇