Connect with us

Actualités

Elite One : YOSA et Victoria United donnent une leçon à la nonchalance des clubs de la zone francophone du Cameroun

Les play-offs du championnat Elite One du Cameroun ont débuté il y a exactement une semaine. Après deux journées, on peut tirer certaines conclusions qui émanent de ce que l’on a pu observer.


Si les play-offs pour le maintien en Elite One, dénommés play-offs Down se jouent à Yaoundé, les play-offs pour le titre, dénommés play-offs Up se jouent du côtés de Douala. La première remarque que l’on a observé, est que la fédération Camerounaise de football a eu raison d’organiser les matchs pour les play-offs pour le titre du côté de Douala. Alors qu’a Yaoundé, le public semble concentré à faire autres choses, et laisse les stades presque vides, les matchs sont courus à Douala. Même les matchs des équipes comme Fauve Azur, AS Fortuna et Apejes de Mfou qui sont équipes de la ville ou région n’attirent pas les foules.

De plus, l’une des plus grosses remarques est que l’affluence de Douala est générée par des équipes qui ne sont pas de la ville. En effet, deux équipes du point de vu médiatique et dans l’engouement attirent les foules. Il s’agit de YOSA de Bamenda et Victoria United. Les deux équipes ont deux choses en commun. Ce sont les équipes de la partie anglophone du pays. Pour leurs deux premiers matchs, ils ont respectivement affronté Gazelle de Garoua et Dynamo de Douala. Des matchs très courus par des fans et supporters.

Curieusement, face à Dynamo de Douala qui joue pourtant dans sa ville, devant ses supporters, on a senti plus d’engouement autour de ces deux équipes de la partie anglophone du pays. Sur le plan de la communication, les deux équipes font ce qu’il y a de mieux dans ces play-offs en Elite One. Mieux que le Coton Sport de Garoua, qui malgré ses moyens, reste enfermé dans l’ancien football. Le Marchandising mis en place par Victoria United et YOSA de Bamenda est tout aussi impressionnant. Les maillots sont vendus à chaque matchs. Les joueurs stars comme Nathan Doualla et John Bosco Nchindo sont mis en avant et génèrent des ventes.

Des choses que le Coton Sport de Garoua est incapable de faire même lorsqu’il joue à Garoua, où ils n’arrivent pas à remplir le Stade annexe du Stade Roumdé-Adjia de Gaoua. Il faut féliciter Victoria United et YOSA de Bamenda pour ce qu’ils présentent, qui est en fait ce qu’on attend du football moderne aujourd’hui. Le Coton Sport de Garoua et les autres clubs de la partie du francophone du pays doivent aussi prendre exemple. Les supporters de la partie francophone du pays sont aussi appelés à s’impliquer afin de soutenir leurs équipes. Payez un abonnement TV à 15000 FCFA par mois permet de financer les clubs de la Ligue 1 alors que payer un ticket d’accès au Stade peut aider de rendre un club de sa localité comme ces clubs de Ligue 1 ou du football européens, d’ici quelques années. Encore plus quand on observe un niveau relévé des matchs.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

More in Actualités

P