Samuel Eto’o fait avec l’AG de la Fécafoot du Paul Biya avec l’AN

La fédération camerounaise de football a tenu des réunions de son assemblée générale vendredi et samedi dernier. Plusieurs résolutions ont été prises au cour de ces travaux de la Fécafoot dirigés par son président Samuel Eto’o.

Samuel Eto’o peut rester Président mais ne peut plus se représenter à une prochaine élection

Avec des problèmes avec le fisc espagnol qui ont conduit à une condamnation de 22 mois de prison, Samuel Eto’o sait bien qu’il ne pourra plus se présenter à une élection à la tête de la fédération camerounaise de football. Attaqué par Guibaï Gatama qui avec cette condamnation ne le considère plus à même de diriger le football camerounais, Samuel Eto’o profite de la non rétroactivité de la loi pour rester à la tête de la Fécafoot au cour ce mandat qui a débuté le 11 décembre. Quelques mois avant cette condamnation de la justice espagnole.

Samuel Eto’o reçoit l’autorisation de l’AG 2021 pour revoir à la hausse la durée d’un mandat à la tête de la Fécafoot

Ains, conscient qu’il lui faut bien plus de quatre ans pour restructurer l’organe de gestion du football camerounais, conscient qu’il ne pourra plus se présenter à la prochaine élection, Samuel Eto’o a reussi à convaincre l’AG-2021 pour une prorogation de la durée du mandat du Président de la Fécafoot: “l’assemblée générale à l’unanimité des membres adopte la révision à la hausse du mandat du président de la Fécafoot” peut-on lire dans la résolution N°13 du communiqué final de cette session ordinaire de l’assemblée générale de la fécafoot. Alors que 4 ans représente la durée d’un mandat à la tête de la Fécafoot, elle devrait passer à 7 ans avec effet immédiat sur le mandat de l’exécutif dirigé par Samuel Eto’o. Une périodicité qui ressemble à celle à la tête de l’État du Cameroun.

Une attitude qui ressemble à celle de Paul Biya en 2008

Cependant, malgré l’enorme travail qu’il réalise à la tête de la fédération camerounaise de football, cette approche de Samuel Eto’o divise au Cameroun. Soutenue depuis le départ par le peuple camerounais, utilisé cette approche similaire à celle du Président Paul Biya en 2008 qui avait modifié la constitution pour pouvoir à nouveau se présenter à l’élection en 2011, attire énormément de critiques vers Samuel Eto’o.

Lire aussi: 👇👇👇👇

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

3 × deux =